La clôture de Wall Street

Publié le par ludoverblog

ludoverblog c'est aussi les meilleurs sites de leurs catégories avec : http://www.bourse.max.st, http://www.casinovirtuel.max.st, http://www.gayattitude.max.st, http://www.pornattitude.ici.st, http://www.parismec.max.st, http://www.penisexpert.max.st, mais aussi les sexshops avec : http://www.fleshion.max.st, http://www.mekshop.max.st, http://www.bazardux.ici.st, http://www.agayn.max.st, les videos x avec http://www.lemoncast.max.st, c'est tout le monde du GSM avec http://www.polyfolie.max.st et http://www.dingophone.max.st, les sous-vétements homme avec http://www.homwear.max.st et surtout avec http://www.cul.ici.st le meilleur site de cul, de sexe européen et maintenant un annuaire du X avec tous les meiileurs sites de Q avec http://www.annuaidedux.max.st l'annuaire incontournable du X.





Wall Street recule, les technologies tirent leur épingle du jeu

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Les marchés boursiers américains en clôturé en baisse dans l'ensemble jeudi à cause des craintes sur les taux et de la remontée du pétrole mais les technologiques ont été bien tiré leur épingle du jeu, notamment avec Motorola.

Le Dow Jones a cédé 65 points à 11.150,70 et le Standard & Poor's 500, plus large, a perdu 2,64 points (0,20%) à 1.300,25.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 3,04 points (0,13%) à 2.340,82.

Les valeurs sensibles aux taux d'intérêt, comme les bancaires et les services collectifs, ont pâti de la tension des rendements obligataires liée à la crainte d'une poursuite du resserrement monétaire de la Fed. Le rendement de la note de référence à dix ans a atteint 4,888% en séance, son plus haut en près de deux ans.

Le ralentissement de la croissance américaine a été confirmé à 1,7% au quatrième trimestre, mais l'indice des prix PCE hors alimentation et énergie a été revu en hausse à 2,4% en rythme annuel au lieu 2,1% lors de la précédente estimation.

Le marché aura vendredi une idée de ce baromètre de l'inflation favori de la Fed en février, avec la publication de la statistique mensuelle des revenus et dépenses des ménages en février.

Citigroup et Bank of America, les deux premières banques américaines, figurent parmi les plus fortes baisses du S&P-500, perdant respectivement 0,73% et 0,78%.

De même, l'indice Dow Jones de la construction a reculé de 1,42%.

"La montée du (rendement de la note à) dix ans à 4,85% a probablement contribué à la baisse" des financières, explique Frank Lee, trader chez Payden & Rygel Investment Management à Los Angeles, notant aussi un mouvement de repli après le bond de mercredi.

Le baril de brut léger américain a clôturé au-dessus de 67 dollars pour la première fois en près de deux mois après le refus opposé jeudi par l'Iran à la requête du Conseil de sécurité des Nations unies qui lui a demandé la veille de suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium. Le contrat mai du Nymex a atteint 67,30 dollars en séance, au plus haut depuis le 1er février.

Sur le marché de l'or, souvent utilisé par les investisseurs pour se protéger contre l'inflation, le contrat juin du Comex est monté à 592 dollars, au plus haut depuis janvier 1981.

Aux technologiques, Motorola, deuxième fabricant mondial de téléphones portables, a profité de la révision à la hausse des prévisions du leader Nokia pour le marché des combinés.

Motorola a pris 0,79% à 22,96 dollars tandis que le fabricant de semi-conducteurs pour téléphones Texas Instruments s'est octroyé 3,41% à 33,08 dollars.

Le moteur de recherche sur internet Google a en revanche reculé de 1,66% à 388,44 dollars après avoir annoncé son intention de vendre jusqu'à deux milliards de dollars de ses actions.

Les investisseurs parient sur une baisse du S&P-500 vendredi, jour de l'entrée de Google dans l'indice, car les gestionnaires de fonds pourraient vendre jusqu'à sept milliards de dollars de titres d'autres composantes pour faire de la place pour Google dans leur portefeuille.

Mais la hausse de 2,12% de General Electric à 34,65 dollars a contribué à limiter le recul du S&P 500. Morgan Stanley a relevé son objectif de cours sur le conglomérat de 42 à 44 dollars, estimant que l'action du groupe est sous-évaluée et que son cours pourrait doubler en trois ans.

3M a en revanche cédé 1,34% à 76,52 dollars, effaçant les gains engrangés la veille à la faveur d'un relèvement de recommandation et accusant même l'une des plus fortes baisses du Dow.

"3M est un vrai baromètre et il a bien rebondi, c'est donc un petit mouvement de consolidation", estime Todd Leone, de Cowen & Co.

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article