La clôture à Wall Street

Publié le par ludoverblog

Wall Street finit en légère baisse, la pharmacie a pesé

LA CLÔTURE DE WALL STREET

Wall Street a clôturé mardi en léger recul, pénalisée par le secteur pharmaceutique, et en particulier Merck, qui a éclipsé les effets positifs de la baisse des cours pétroliers sur les marchés.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 39,81 points, soit 0,31%, à 12.831,94. Le S&P-500, plus large, a perdu 5,43 points, soit 0,39%, à 1.390,94.

Le Nasdaq Composite a grappillé de son côté 1,70 point (+0,07%) à 2.426,10.

Merck a plongé de 10,38% à 37,14 dollars, après l'annonce lundi soir que l'agence américaine des médicaments (FDA) avait pour l'heure rejeté sa demande d'autorisation d'un nouveau traitement du cholestérol.

Les analystes s'attendaient à un feu vert pour le Cordaptive, censé augmenter le taux de "bon" cholestérol HDL dans le sang, d'autant que son autorisation a été recommandée la semaine dernière au niveau européen.

Le revers de Merck a profité par contre à Abbott qui commercialise un médicament directement concurrent. Abbott a pris 3,62% à 53,48 dollars.

Dans le même secteur, Genentech et Biogen ont reculé respectivement de 7,15% et 5,16%, leur Rituxan n'ayant pas atteint ses objectifs lors des essais cliniques contre la maladie auto-immune du Lupus systémique.

L'indice des valeurs pharmaceutiques, qui est d'habitude un refuge en cas de ralentissement économique comme c'est le cas aux Etats-Unis, a cédé 1,03%.

REFLUX DES COURS DU BRUT

Les valeurs de la distribution et des transports ont elles au contraire profité du recul des cours pétroliers, avec un brut texan aux alentours des 115 dollars le baril à la clôture. Wal-Mart a pris ainsi 2,2% à 58,61 dollars et FedEx 1,88% à 97,36.

Visa>, le premier réseau mondial de cartes de crédit, a pris de 6,94% après avoir publié lundi soir un bénéfice trimestriel en hausse.

Son concurrent MasterCard a lui bondi de 12,98%, après un bénéfice trimestriel quasiment doublé.

Le marché a joué cependant globalement la prudence, avec des volumes d'échange limités, avant la décision de la Fed mercredi. Celle-ci devrait annoncer une baisse de 25 points de base de son principal taux directeur.

Les indicateurs du jour sont allés en effet dans le sens d'une poursuite du ralentissement économique américain. La confiance du consommateur américain a continué de se dégrader en avril pour tomber à son niveau le plus bas depuis cinq ans, reflet notamment des craintes entourant le marché du travail, pour lequel les Américains dressent le plus mauvais diagnostic depuis l'automne 2004.

Les prix de revente des logements individuels ont eux continué de se contracter en février aux États-Unis pour accuser des baisses annuelles records dans 17 des 20 régions mesurées par l'indice Standard & Poor's/Case Shiller.

"Nous ne voyons aucun signe dans ces chiffres qu'un plancher soit en vue", a souligné David Blitzer, président du comité chargé de l'indice chez S&P.

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article