La clôture à Paris

Publié le par ludoverblog

Le CAC en repli, plombé par Michelin et les statistiques.
(CercleFinance.com) - Les Bourse européennes ont accentué leurs pertes en fin de séance.
Les statistiques publiées ce jour de part et d'autre de l'Atlantique n'avaient en effet pas de quoi rassurer les investisseurs. En outre, l'incertitude des marchés américains ne contribue pas à rassurer les opérateurs.

Le CAC 40 a ainsi abandonné 0,7% et repasse au dessous de la barre des 5000 points, à 4977 points exactement. Ailleurs en Europe, les indices terminent également la séance dans le rouge à l'instar de la place de Francfort qui a cédé 0,6% ou de celle de Madrid qui a abandonné 1,2%, la plus forte baisse des principaux indices européens. Le FTSE achève lui la journée sur une perte symbolique de 0,02%.

Outre Atlantique, le Dow Jones se replie de 0,3% et le Nasdaq recule de 0,2%, les statistiques publiées ce mardi ne sont pas encourageantes.

Le prix des maisons a fortement reculé en février, selon l'indice S&P/Case-Shiller. L'indice composite des 10 plus grandes villes américaines a en effet diminué de 13,6% en rythme annuel et celui des 20 plus grandes, de 12,7%.

De plus, l'indice de confiance du consommateur établi par le Conference Board s'est de nouveau dégradé en avril, après son net repli du mois de mars.

En outre, Ben Bernanke et ses collaborateurs se réuniront pour un colloque de deux jours, avant de communiquer leur décision finale sur les taux dans la soirée de mercredi. Dans cette attente, un certain attentisme prévaut.

Un grand nombre d'économistes tablent sur une baisse de 25 points de base, à 2%, du principal taux directeur de la Réserve fédérale après sa précédente décision de baisser les taux de 75 points de base.

De ce côté ci de l'Atlantique, les nouvelles n'étaient pas plus porteuses, l'indicateur d'opinion des ménages a baissé d'un point en avril 2008. L'indice faisant état du moral des ménages a ainsi atteint un plus bas historique.

Toutefois, l'ascension du prix du baril de pétrole ou de l'euro face au dollar semble marquer une pause.

Le prix du brut a atteint 119,22 dollars le baril hier soir, alors qu'une grève dans une raffinerie britannique et la réapparition des violences au Nigeria menacent de peser sur les approvisionnements. Les tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et l'Iran ont également alimenté cette hausse. Le prix du baril s'élève, à 16h30, à 116,7 dollars lors de la clôture des marchés européens.

Au chapitre des valeurs, ce sont une nouvelle fois les publications trimestrielles qui ont donné le la ce mardi.

STMicroelectronics a gagné 3,4% à 7,6 euros après la publication d'une perte d'exploitation de 88 millions de dollars et une perte nette de 84 millions de dollars, soit 0,09 dollar par action au premier trimestre 2008.

Le groupe a toutefois confirmé son objectif d'un chiffre d'affaires du deuxième trimestre en croissance séquentielle de 5% à 11% par rapport aux ventes de 2,18 milliards de dollars publiés au premier trimestre hors FMG.

Total (+2%) était également bien orienté dans le sillage des solides résultats de ses homologues BP et Royal Deutsch Shell. Le cours du brut subissait de son côté quelques prises de bénéfices pour ne plus coter que 117,6 dollars ce matin, contre plus de 119 dollars hier.

A l'inverse, Michelin a décroché de 9,2% après avoir annoncé hier une révision à la baisse de ses objectifs pour 2008 en raison de l'augmentation du coût des matières premières. Le groupe estime que son résultat opérationnel avant éléments non récurrents devrait approcher celui réalisé en 2007, alors qu'il prévoyait jusqu'à présent un résultat opérationnel "de nouveau en progrès" en 2008.


Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article