La clôture à Paris

Publié le par ludoverblog

Le CAC affiche un bilan hebdomadaire négatif.
(Cercle Finance) - Les Bourses européennes s'inscrivent de nouveau en baisse ce vendredi, pénalisées par une série de nouvelles macroéconomiques peu encourageantes en provenance des Etats-Unis.
Les statistiques publiées outre atlantique et les niveaux élevés du dollar et du pétrole ont particulièrement pesé sur les indices du vieux continent.

L'euro a atteint un nouveau plus haut face au dollar à 1,5239 dollar. Le pétrole a également franchi un nouveau record, gagnant trois dollars en une seule journée, pour flirter avec les 103 dollars le baril, alors qu'il se situe déjà à ses plus hauts niveaux historiques.

Dans ce contexte, le CAC qui avait perdu 2% jeudi, a cédé 1,5% ce vendredi et repasse ainsi sous les 4800 points à 4790 points. L'indice vedette du marché parisien affiche ainsi un bilan négatif sur l'ensemble de la semaine et perd 0,7% en 5 séances.

Ailleurs en Europe, le rouge est également à l'ordre du jour, le Dax a reculé 1,7% et le FTSE a abandonné 1,4%.

Outre Atlantique, les marchés sont également en repli, Le Nasdaq recule de 1,6% et le Dow Jones de 1,5%.
Les dépenses des ménages américains ont progressé de 0,4% en janvier, selon les chiffres publiés par le Département du Commerce. Ajustées de l'inflation, elles sont toutefois restées stables.

L'activité manufacturière s'est contractée dans la région de Chicago, selon l'association des directeurs d'achats locaux (NAPM), dont l'indice PMI s'établit à 44,5% en février, contre 51,5% en janvier.

La confiance des consommateur du Michigan est elle aussi ressortie en net repli en février, à 70,8 contre 78,4 en janvier.

Tout au long de la semaine, les statistiques publiées ont rendu de plus en plus tangible le ralentissement économique américains et ainsi inquiété les investisseurs.
Le discours de Ben Bernanke n'a pas non plus contribué à rassurer les opérateurs. La perte de confiance dans une sortie de crise rapide des créances à risque a certainement contribué à la chute du Dollar à un nouveau plancher historique de 1,5239/E.
En France, les nouvelles macroéconomiques ne favorisent pas non plus des poussées d'optimisme. Le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 0,7% au mois de janvier en données corrigées des variations saisonnières, soit une hausse de 13 200 à 1 910 500, selon les statistiques publiées par le ministère du Travail.
De plus, le moral des consommateurs tricolores s'est nettement replié en janvier tandis que l'inflation atteint des plafonds en zone Euro depuis 10 ans à +2,7%.
Au chapitre des sociétés, le premier assureur mondial, l'américain AIG a annoncé 11,5 milliards de dollars de dépréciations d'actifs pour 2007, dont 5 milliards pour le dernier trimestre de l'année écoulée.

Cette information pèse sur les valeurs financières à Paris. Ainsi, Axa a reculé de 2,6%, BNP Paribas a plongé de 2,9%, et Crédit Agricole a abandonné 1,9%.

Dexia affiche un repli de 1,9%. Le groupe bancaire a enregistré en 2007 un résultat net part du groupe de 587 millions pour le quatrième trimestre, en baisse de 25%, et un résultat net part du groupe sous-jacent de 603 millions, en hausse de 14,2% (+15% à taux de change constant).

Vivendi s'est replié lui de 1,6% après l' annonce d'un résultat net part du groupe de 2 625 millions d'euros (2,26 euros par action) au titre de l' exercice 2007 contre un bénéfice de 4 033 millions d'euros en 2006 (3,50 euros par action), soit une diminution de 1 408 millions d'euros.

Hors CAC 40, NRJ Group (+10,4%) s'est littéralement envolé ce vendredi à la Bourse de Paris, après que le groupe ait dévoilé son intention de se recentrer sur ses activités médias.

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article