La clôture à Paris

Publié le par ludoverblog

Paris:performance nulle, victime de la concurrence allemande
(Cercle Finance) - Paris aligne bel et bien une 5ème année de hausse consécutive d'affilée (une séquence positive d'une durée exceptionnellement longue) mais n'affiche qu'un gain de +1,3% "à l'arrachée" ce qui constitue une réelle contre-performance en regard des 6,8% de l'Euro-Stoxx50 et surtout des +22% de la bourse de Francfort (qui clôture l'année 2007 à moins de 1% de son record historique absolu).


C'est en réalité la locomotive allemande qui a tiré l'ensemble du train européen: la bourse de Francfort a été dopée par les exportations vers l'Asie (ce qui n'est pas nouveau) mais aussi par l'émergence des ex-pays de l'Est dont l'Allemagne est le partenaire industriel incontournable... mais également le principal "donneur d'ordre" en matière de sous traitance de produits à forte valeur ajoutée estampillés "made in Germany".

La France ne bénéficie d'aucun de ces atouts qui sont autant de relais de croissance hérités d'une situation géographique et historique bien particulière.
L'année s'est donc achevée sans gloire ni euphorie à Paris... un petit coup de pouce de dernière minute a juste permis au CAC40 de reprendre une douzaine de points (+0,2% à l'occasion du "fixing" de clôture) pour en terminer au contact des 5.614Pts, sur une hausse annuelle de +1,3%: Paris aura apparemment bien plus souffert de la crise du "subprime" et de l'éclatement de la bulle immobilière US que Londres (+3,8% en 2007 alors que la "City" tremble sur ses bases depuis la quasi faillite de Northern Rocks) ou Madrid (+7,3%... malgré le brutal coup d'arrêt dans le secteur du BTP) qui semblaient avoir pourtant beaucoup plus à perdre d'un retournement de cycle dans l'immobilier.

Le nouveau style de présidence apparu début mai dans l'Hexagone séduit apparement bien davantage la presse internationale (people ?) que les milieux d'affaire anglo-saxons et les grandes institutions comme le FMI ou l'OCDE (dont le pessimisme concernant la conjoncture française en 2008 pourrait expliquer la contre-performance paradoxale du CAC40).

Le SBF-120 (-0,13% ce lundi) se tire également d'affaire puisque d'un score de "zéro" vers 13H, le bilan de l'année écoulée s'établit à +0,34%.

Les volumes d'échanges ont atteint officiellement 880 millions d'Euros ce lundi sur le CAC40 mais ils avaient à peine franchi le cap des 500 millions à quelques minutes de la clôture: les dernières applications de fin d'exercice ont un peu gonflé le chiffre d'affaire... mais celui-ci demeurait complètement anecdotique pour un 31/12 (plus de 2,3MdsE fin 2006, 2MdsE fin 2005).
Le bel exemple de la bourse de Hong-Kong (+1,65% à 27.812Pts et +39% sur l'année 2007) n'a pas été suivi par le marché parisien et les hésitations des 'futures' US en préouverture semblaient offrir un bon prétexte pour achever de purger les portefeuilles des titres 'indésirables' (Alcatel-Lucent chute de -0,6% ce lundi, de -5% en 5 séances et de -54,5% sur l'ensemble de l'année).

La dernière séance de l'année aux USA devrait s'inscrire dans le droit fil de la quasi-stabilité des indices américains vendredi dernier (+0,0% pour le Dow Jones, -0,1% pour le Nasdaq).
A quelques heures de la fin de l'exercice 2007, les investisseurs réfléchissent déjà à ce que sera l'année boursière 2008.

Alors que bon nombre d'analystes préfèrent se montrer prudents, les stratèges de Citigroup affirment que les marchés d'actions européens devraient enregistrer une progression 'à deux chiffres' en 2008, malgré la montée des risques financiers et le ralentissement de la croissance mondiale.

'Les valeurs européennes devraient être portées par la baisse des taux d'intérêt, la résistance de l'économie mondiale, la croissance des résultats des sociétés, le niveau raisonnable des valorisations et les liquidités disponibles', indiquent-ils dans un point de marché.

Le titre Accor reste stable (-0,1%) alors que les mêmes analystes de Citigroup recommandent justement d'éviter le secteur de l'hôtellerie et du tourisme en 2008.

Gaz de France se replie de plus de 1,55% après avoir estimé que la hausse de 4% des tarifs du gaz à compter de demain aurait un impact défavorable d'environ 90 millions d'euros sur son résultat opérationnel au 1er trimestre 2008.
Les autres valeurs du secteur des 'utilities' souffraient également de prises de bénéfices à l'image de Véolia (-1,35%) et de Suez (-1,15%)

Air France-KLM (+0,8%) a légèrement fléchi en fin de séance après avoir repris jusqu'à +3% en 5 séances (dans le sillage des déclarations du ministre de l'économie et des finances italien, qui a donné son accord pour l'ouverture de négociations exclusives avec Alitalia.
Air-France-KLM (+Alitalia... ou AFKA ?) terminait en 4ème position derrière Unibail (+1,35%), Lagardère (+1,25%) et Vallourec (+1,05%).

Fin d'année en grande forme pour l'Euro (1,4710/$) et l'Or qui tutoie ses records à 835$ (après un zénith à 842$ en fin de séance en Asie ce 31/12)... et le pétrole termine 2% en-deçà de son record absolu après avoir vu son cours "boosté" de +5% par les tragiques évènements survenus au Pakistan une semaine auparavant.
Et comme un symbole de l'incapacité du CAC40 à progresser, la hausse de Total (+4%) étant compensée par la rechute de Vallourec (-16%), le secteur pétrolier n'a même pas réussi à profiter de la hausse de +65% du prix du brut en 2007.

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article