La cloture à Paris

Publié le par ludoverblog

mercredi 30 novembre 2005   18:21      
    
(Cercle Finance) - Le CAC40 a reculé de -0,46% et enfoncé le palier graphique et technique des 4.575Pts (4.567Pts en clôture), avec de nouveau un fort gonflement des volumes d'échanges à 5,5MdsE sur le CAC40 et 6,4MdsE sur le "SRD".
Une seconde séance de repli dans de forts volumes (supérieurs de 60% par rapport à la moyenne) en l'espace de 72H, voilà qui mérite une attention toute particulière et invalide l'hypothèse selon laquelle le "coup de froid sur les cours et le coup de chaud sur les volumes" de lundi n'aurait été qu'un accident.
A Wall Street, le scénario initial (effritement des indices) s'est peu à peu matérialisé (après quelques maigres gains à l'ouverture) et le Dow Jones, tout comme le "S&P", basculent dans le rouge (-0,15%) à mi-séance.
En Europe, les pertes se sont nettement creusées à Londres (-1,25%) au fil des heures, alors que Francfort résistait (-0,12%); les scores n'ont en revanche guère à Paris, Madrid ou Milan (de -0,46% à -0,63%).
Les marchés d'action ne tirent aucun profit de la forte révision à la hausse du PIB américain au 3ème trimestre (de 3,8% à 4,3% tandis que l'inflation hors énergie se tasse à 1,2%/an contre 1,3% en 1ère estimation) et les marchés obligataires semblent littéralement ignorer les statistiques US du jour (les Bunds grappillent +0,1%, les T-Bonds les perdent).
Les opérateurs s'attendent à un relèvement du loyer de l'argent par la BCE (une initiative imminente de plus en plus critiquée), certains observateurs y voient la cause du fléchissement des actions... mais dans ce cas, comment expliquer la sérénité des marchés obligataires en ce mercredi.
Le Dollar ne pèse pas sur la tendance (mais il ne la soutient pas non plus) puisqu'il est pratiquement inchangé à 1,1790/E; le baril se traite autour de 56,3 dollars, en baisse de presque 20 cents malgré le recul des stocks de "brut" et de fuel: la clémence du début de l'hiver au nord des USA est souvent invoquée pour justifier la glissade du baril.
Au sein du CAC40, les écarts demeuraient très limité puisque seul AXA (après BNP-Paribas à -1,47%) cède plus de 1,5%, Vivendi chute de -1,3%, Bouygues de -0,7% et France Télécom de -0,6% alors que les 3 opérateurs encourrent une amende record pour entente illicite sur les tarifs appliquées aux communications sur les mobiles.

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article