La clôture à Wall Street

Publié le par ludoverblog

vendredi 31 août 2007   18:24
(Cercle Finance) - Le CAC 40 a affiché un parcours en dents de scie en fin de séance avant de terminer sur une hausse de 1,25% à 5662,7 points.
La baisse du moral des ménages américains (83,4 contre 90,4 en juillet) avait quelque peu plombé la progression
des indices vers 16H (le CAC40 retombant de 5.680 vers 5.640), les opérateurs semblent avoir ensuite privilégié le beau rebond des commandes à l'industrie (+3,7%), ce qui a permis aux indices de reprendre des couleurs.

Ensuite le discours très attendu du président de la Fed, Ben Bernanke, qui s'est exprimé devant des banquiers centraux et des économistes réunis dans le cadre d'une réunion organisée à Jackson Hole, dans le Wyoming, a indiqué que la Fed pourrait prendre des mesures supplémentaires pour apporter à nouveau des liquidités sur les marchés monétaires et s'assurer du bon fonctionnement des marchés. Une majorité d'analystes estime que les taux d'intérêts en vigueur aux Etats-Unis seront abaissés le 18 septembre prochain, date de la prochaine réunion du comité de politique monétaire de l'établissement.
Le président américain a également fait un discours qui vise à étendre le rôle du gouvernement fédéral et de proposer le soutien de la maison blanche à une partie des détenteurs de prêts hypothécaires à risques. Georges W. Bush a fait plusieurs propositions et notamment une révision fiscale en vue d'aider les ménages qui ont besoin de se refinancer. Le président a toutefois refusé que le gouvernement vienne en aide aux spéculateurs et ménages inconscients.

A Wall Street, la hausse initiale se poursuit à la veile d'un long week-end pour cause de " labor day ", le Dow Jones s'adjuge +0,9% et le Nasdaq +1%.
Les investisseurs avaient peu réagi à 14H30 aux chiffres concernant les revenus (+0,5%) et dépenses (+0,3%) des ménages américains. Pas de signes de nervosité non plus au sujet de la hausse du pétrole qui se rapproche des 74$ sur le NYMEX alors que la saison des cyclones bat son plein (l'engloutissement de la Nouvelle Orleans remonte à 2 ans jour pour jour).
Le Dollar qui s'était hissé vers les 1,37/E en milieu de séance a très vite reperdu le terrain gagné: il recule même sous les 1,3630/E en cette fin d'après-midi.
Si les indices boursiers manifestent de belles velléités haussières en ce vendredi, cela tient non seulement à la publication de quelques bons "semestriels" mais également à la dernière possibilité qui s'offre de réduire sensiblement la perte mensuelle: le mois d'août pour s'achever sur un repli assez anodin de -1,5% au lieu de -8% quinze jours auparavant.

La semaine boursière se solde à Paris par une progression de +1,68%.
PPR (+4,14%) signe la plus forte hausse du CAC 40 après l'annonce d'une croissance de 40 % du résultat opérationnel courant à 630 millions d'euros et une progression de 142,9 % du résultat net part du groupe à 326 millions d'euros.
Sur les seules activités poursuivies et hors éléments non courants, ce dernier a progressé de 54,4 % à 303 millions d'euros. Hors Puma, le résultat opérationnel courant du groupe de distribution et de luxe affiche une progression de 26,5% et un taux de rentabilité opérationnelle de 6,5 %.

Bonne tenue également de Gaz de France (+3,95%) et de Suez (+1,8%), sur une information du Point selon laquelle la fusion avec Suez (+2,0 %) pourrait être annoncée officiellement lundi par le Gouvernement. Arcelor Mittal, Vinci et Alstom (+2,65%) se partagent la 3ème place du podium, Peugeot reste en embuscade avec +2,6%.

Bouygues (+1,24%) a dévoilé des résultats semestriels robustes, dont un résultat net de 655 millions d'euros, en hausse de 16 %, et a relevé ses perspectives de chiffre d'affaires pour l'ensemble de son exercice 2007. Celui-ci est porté à 29,0 milliards d'euros, contre une précédente estimation de 28,8 milliards.

A l'inverse Vivendi (-1,74%) signe la plus forte baisse du CAC40. Le géant français des médias a enregistré au premier semestre 2007 un résultat opérationnel ajusté (' EBITA ') de 2 596 millions d'euros contre 2 348 millions d'euros au premier semestre 2006, en progression de 10,6 % (+11,9 % à taux de change constant), sur la base d'un chiffre d'affaires de 10,2 milliards d'euros en hausse de 6,4 % (+8,0 % à taux de change constant). Avec une croissance à deux chiffres de son résultat opérationnel sur les six premier mois de l'année, Vivendi s'est également déclaré confiant dans sa capacité à atteindre ses objectifs pour l'ensemble de son exercice 2007.

EDF cède 0,75%. Le résultat net part du groupe est ressorti en retrait de 15,2 % à 3,514 milliards d'euros au premier semestre 2007. Hors éléments non récurrents, le résultat net courant s'établit à 3,2 milliards d'euros, en croissance de 9,1 %, soit 11,1 % à périmètre constant. Le groupe a assuré qu'il poursuivait son programme Altitude dont les objectifs devraient être dépassés de plus de 10% à fin 2007 '. En outre, la direction a souligné que ' EDF confirme ses objectifs financiers pluriannuels annoncés lors de l'introduction en bourse '.

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article